1258 cas de VBG sur les LGBTQ répertoriés au Bénin

Bien que la loi au Bénin est aphone sur l’homosexualité, les LGBTQ au Bénin ne vivent pas le paradis dans leur pays. Selon Axel AKPAKA président du réseau Benin Synergie Plus et porte parole politique de l’Alliance globale des communautés pour la santé et les droits (AGCS) « En 2019, 1258 cas de violences et violations des droits humains ont été répertoriés et traités au Bénin » , décrie t-il. Dans son speech adressé, la personne morale de BESYP précise qu’entre janvier à avril 2020, 58 cas de violences et de violations des droits humains ont été signalé dont « 33 cas de violence verbales et 09 cas de rejets familiaux, tous basés sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre au Bénin ».

La présidente de l’association Synergie Trans* Bénin, Mélodie BOATENG, a, quant à elle, plaidé pour la protection des personnes transgenres face au licenciement, rejet familial et arrestation arbitraire sur base de l’orientation sexuelle et identité de genre. Pour elle, « Synergie Trans* Bénin, malgré ses maigres moyens, a relogé près de 10 jeunes transgenres exclus de chez elles à cause de leur identité de genre », se désole t-elle. Face à l’ambassadeur de la République Fédérale de l’Allemagne et de la représentante de l’ambassade de la France, Mélodie appelle à plus d’accompagnements afin d’accompagner l’association pour la réinsertion des jeunes transgenres personnes rejetées par leur famille et aussi dans la création d’un refuge adéquat pour les victimes de rejet familiale tels que Le Refuge en France ou Freedom House aux Etats Unis ou Shelter City aux Pays Bas.

Aux partenaires comme la Commission Béninoise des Droits Humains, ABDD, Direction nationale de la Police Républicaine, RACINES, CERADIS, la radio CAPP FM, les mairies de Cotonou et de Calavie, Plan International Bénin et l’Onu SIDA, elle les appelle à un plaidoyer auprès de l’Etat «pour la prise en compte des personnes transgenres dans l’appui aux impactés de la Covid 19 avec la fermeture des restaurants, bars et maquis qui servaient d’espaces de travail et aussi pour à plus de protection des victimes de violation de droits sur la base de leur orientation sexuelle et identité de genre».

Placé sous le thème, « Brisons le silence face aux violences et à la répression en temps de Covid 19 » les activistes défenseurEs des droits des LGBTQ au Bénin regroupéEs au sein du réseau Bénin Synergie Plus ont saisi cette journée du 29 mai 2020 pour commémorer la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie, la biphobie et l’intersexophobie.

Rappelons que le réseau Bénin Synergie Plus, c’est 16 associations membres et 12586 adhérentEs dans tout le territoire national du Bénin. Le réseau dispose d’un comité de veille contre les violences et violations des droits des LGBTQ avec des pairEs éducateurs (trices), des para juristes, des psychologues pour l’accompagnement des LGBTQ victimes partout au Bénin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s